Exercice des Poumons

27/02/2017

Grâce à cet exercice, on peut traiter le moindre problème associé aux poumons, y compris un simple rhume. Il fortifie tout le système respiratoire et même la peau, souvent appelée le " troisième poumon ".

 

L'exercice des poumons est essentiel à la santé. La dilatation et la contraction des poumons assure une pleine absorption d'énergie et contribue à combattre les agents pathogènes. (Les nouveaux-nés connaissent bien cette technique et exercent leurs poumons souvent en pleurant. En grandissant, ils apprennent à contrôler leurs émotions et à demeurer calmes, mais cette répression entraîne des tensions internes. L'expression "les bons meurent jeunes" tire peut-être son origine du fait que les "bons" contrôlent leurs émotions et leurs réactions alors que les "mauvais", qui laissent leurs émotions s'exprimer librement, vivent plus longtemps parce qu'ils n'accumulent pas de telles tensions.

Lorsque les poumons sont en bonne santé, ils filtrent plus efficacement les agents pathogènes qu'ils rencontrent dans l'air. (Le nez, bien qu'étant un excellent appareil de filtration ne peut filtrer toutes les particules microscopiques de l'air.) Ainsi, les fumeurs dont les poumons sont encore en bonne santé, toussent beaucoup. La toux est un signe positif qui montre que les poumons tentent de se débarrasser des toxines qui s'y accumulent.

Pour déterminer l'état de santé des poumons et de l'organisme en général, on mesure la durée de l'inspiration et de l'expiration. Si l'expiration est plus longue que l'inspiration, l'organisme n'est pas sain puisqu'il entre moins d'air qu'il n'en sort. Si l'inspiration est plus longue, c'est un signe de santé car davantage d'énergie peut être absorbée.

Ronfler est un exemple de respiration incorrecte qui résulte de l'absorption de mauvaises postures pendant le sommeil. Dormir dans une position appropriée favorise la respiration nasale.

Il est encore plus important que les personnes qui souffrent d'asthme, respirent par le nez. Celui-ci, en plus de filtrer l'air, le réchauffe jusqu'à la température du corps avant qu'il n'atteigne les tissus délicats des poumons. L'air froid stimule les bronchioles causant parfois de l'asthme. Les bronchioles, ces structures tubulaires qui composent la plus grande partie des poumons, possèdent des projections semblables à des poils (les cils) d